Le club Linux s'est exceptionnellement réuni devant un écran de cinéma, ce jeudi 11 novembre. Il est allé voir le nouveau film de Jean-Pierre Jeunet, "Un long dimanche de fiançailles". Voici ce que nous dit le synopsis honteusement repompé sur le site officiel:

"En 1919, Mathilde a 19 ans. Deux ans plus tôt, son fiancé Manech est parti sur le front de la Somme. Comme des millions d'autres, il est "mort au champ d'honneur". C'est écrit noir sur blanc sur l'avis officiel. Pourtant, Mathilde refuse d'admettre cette évidence. Si Manech était mort, elle le saurait. Elle se raccroche à son intuition comme au dernier fil ténu qui la relierait encore à son amant. Un ancien sergent a beau lui raconter que Manech est mort sur le no man's land d'une tranchée nommée Bingo Crépuscule, en compagnie de quatre autres condamnés à mort pour mutilation volontaire ; rien n'y fait. Mathilde refuse de lâcher le fil. Elle s'y cramponne avec la foi du charbonnier et se lance dans une véritable contre-enquête. De faux espoirs en incertitudes, elle va démêler peu à peu la vérité sur le sort de Manech et de ses quatre camarades."

Ceux qui ont aimé les précédents films de Jeunet (notamment ceux avec réalisés en compagnie de Carot), aimeront à coup sûr. On retrouve les acteurs fétiches du réalisateur (Dominique Pinon, Jean-Claude Dreyfus), la lumière si particulière, les images léchées, le culte quasi-obsessionnel des petits détails dont l'influence sur le cours des choses nous dépasse. On notera aussi les présences de:

  • Albert Dupontel réjouissant en poilu magouilleur.
  • André Dussolier sur mesure en avocat de la famille de Mathilde.
  • Une des dernières apparitions de Ticky Olgado.

Bref 2h15 de très bon cinéma qui a par ailleurs le mérite de nous rappeler, en ce 11 novembre, la boucherie que fût cette guerre.

Le club vous le recommande.

Frédéric.