Conférence sur le projet Lyon / Turin :

  • Faire du transport ferroviaire de camions
  • Protéger l'environnement
  • Réduire les temps de transport des voyageurs

Les contraintes historiques de ligne ferroviaire actuelle :

  • La pente importante
  • Importance du trafic : Il va augmenter. aujourd'hui il y'a du trafic sur la ligne actuelle.

Le lyon turin permettra d'augmenter la capacité de trafic, les conditions de trafic : Neige, météo , conditions hivernales

Expérimentation en cours de ferroutage :

"Modalohr"

Le système actuel ne convient pas : le gabarit des camions n'est pas bon (trop petit)

Le futur système permettra le trafic de grand camions :

Ce qui est important c'est la fréquence : Aujourd'hui c'est 5 aller/retour

Il y'aura avec Lyon-Turin, jusqu'a 120 aller retour par jour, pour transporter jusqu'a 800 000 poids lourds

La sécurité des tunnels routier laisse à désirer (Mont Blanc, Fréjus)

29 Janvier 2001 :

Les deux gouvernements se sont engagés à construire les infrastructures.

"Est-ce que lyon turin se fera ?"

Un traité a été signé en 2001

Actions de LTF en France : de Saint Jean de Maurienne jusqu'a l'Italie.

  • Avril 2004 :

Union européenne affirme que c'est un projet prioritaire.

Caractéristiques du projet :

Entre Lyon et Saint Jean de Maurienne :

Ligne à Grande vitesse et une seconde infrastructure jusqu'a la combe de Savoie :

Pourquoi deux infrastructures ?

Nous avons beaucoup plus de trains de voyageur. Et surtout la mise en service d'un TER a Grande vitesse

Liaison mixte à partir de la combe de Savoie : Jusqu'a Saint jean de Maurienne

Ensuite Tunnel :

Saint Jean de Maurienne jusqu'en Italie.

Ancienne ligne : 33% d'inclinaison (pente maximale) Ajout de deux motrices supplémentaires à Saint Jean de Maurienne. Le tunnel de Base Lyon Turin : pas de pente

Deux tunnels de 54 km : des liaisons tous les 400 mètres

Gare technique en sont milieu

Aujourd'hui : travaux préparatoires au tunnel

Coté Français :

3 tunnels de reconnaissance Italie : 1 tunnel

Celle de Modane : 1086 mètres commencé en 2002, 2004 changement d'entreprise Descenderie de Saint Martin La porte : 1212 mètres Descenderie de la Praz : Octobre 2005 elle démarre

Italie : Les travaux n'ont pas démarrés 10 000 mètres : Via un Tunnelier : Problèmes avec les Locaux..

Coût de l'étude : 550 millions d'euros

Les descenderies : Multiplication des fronts d'attaque pour réduire les temps de création du tunnel :

3 fonctions : Ventilation, secours, maintenance

En italie une galerie parallèle au Tunnel.

  • Objectifs des reconnaissances géologiques

Aléas géologiques d'un tunnel :

Débourrage au font de taille : il ne tiens pas il s'éboule et s'effondre.

Phénomène de décompression : fortes pression : les murs éclatent.

Traversée des Alpes d'est en ouest :

Des roches de caractéristiques différentes : pas les mêmes méthodes de constructions

Chaque couche différente : auront des méthodes différentes.

Les profondeurs d'investigations : sous la massif d'ambin : 2500 mètres sous terre. Sur plus de la moitié du tunnel : 1000 mètres de profondeur.

Les objectifs des reconnaissances : contraintes géologiques :

  • contraintes : température
  • contexte structural : géologie compliquée
  • présence de gaz dans certaines zones : est martin la porte : présence de houiller

Contraintes d'eau (2000 mètres d'eau, 200 bars) Forte pression, fort débit qui peuvent varier.

Niveau thermique : conséquence de la profondeur.

Certaines zones sous le massif d'Ambin : 50 ° de températures prévues.

Depuis 1990 des gens travaillent sur le projet.

Géologie : Études de surface, étude de photos satellite.

150 forages minier, présentent : 50 km de forage (carrotage).

Forrages un peu dédiés.

Des Diagraphies ont étés faites :

Reconnaissance à la cote du projet :

Trouver d'autres méthodes pour faire un pas en avant sur la connaissance :

  • Deux forrages dirigés (première mondiale, pour un ouvrage de génie civil)

Associé la méthode pétrolière avec le minier (forrage minier) Un forage a été fait incliné à 45 ° puis incliné à l'horizontal pour arriver à la côte du projet

Second forrage : Derrik pétrolier :

Parti vertical, dévié pour allier dans l'axe du projet (une sorte de spaghetti.. qui a tourné dans les 3 axes)

Maintenant l'axe ultime : faire des sondages de reconnaissance : Au bout de ces galeries seront faites de reconnaissances dans l'axe du tunnel

État des connaissances :

Principales difficultés géologiques , de partout des failles, des fractures.

Premier secteur : faille alpine : Front (il faudrait monter au dessus de la croix des têtes, très complexe..à étudier)

Le houiller : très complexe : du schiste, du gray, du charbon. Les roches sont en isotrope : elles ne se comportent pas pareil. Présence de gaz

Ce type de roche sous 1000 mètres de couverture : Très chaud complexe à travail.

Installations souterraines de modane : complexité de la zone. Les roches seront de bonne qualité ? Il y'aura le centre de secours.. Ce sera du gruyère.

Massif d'ambin : Incertitudes.. impossible de faire des sondages.

Schistes lustrés : potentiel de roches amiantifères. L'amiante naturel : on va en trouver très peu. Savoir dans quelle zone on va la trouver : moyens pour l'extraire.

Potentiellement : 500 mètres des roche amiantifère

Dans un tunnel les suisses on trouvé 3 km de roche amiantièfere.

  • Dora Maria : De l'eau : captage pour alimenter les villes.

Tout le long du projet, tout le long il y'aura de l'eau.. Nous sommes sous une montage et il y'aura de l'eau.

Les deux extrémités : rentrer dans un cône de déjections. Matériaux étérogene. sous Nappe, méthodes particulières.

Croix des têtes : risques de cavités, risque de venue d'eau..

Zone houillère : Risque d'avoir de l'eau des dizaines à centaines de litre par seconde

Cicatrice modane : risque d'eau depuis la surface.

Massif d'ambin : Risques de failles : Aucune Faille.. repérée. Aucune faille. Par contre cartographiquement : on voit des très très grandes failles quasiment verticales. Rien ne permets d'exclure qu'il y'ait des failles.

Plus on s'enfonce dans le massif.. plus les failles sont refermées. (galerie italienne pour repérer ça)

Difficultés hydrogéologiques : EDF a déjà réalisé beaucoup de failles. EDF.. draine déjà le massif.

Au niveau géotechnique :

  • point de vue générale : fiabilité générale liée à la complexité et l'hétérogénéité des formations.
  • Extrémités : connu, au niveau de villardclément : 40 mètres de profondeur : 28 Mètres de longueur : les terrains sont connus.
  • Le front du houiller : les roches sont données pour être très fracturées. des schistes charboneux, gaz.
  • Zone brianconnaise : Tunnelier.. roches très abrasives.
  • Sous bassement des schistes lustrées piémontes :
  • Massif ambin : zones de décompressions violentes.

Fin 2003:

Premiers pronostics sur les méthodes d'excavations :

  • Méthodes traditionnelles : Explosif, engins
  • Tunneliers.

Avant projet sommaire :

Première partie du cône de saint julien : méthode traditionnelle : Construire un tunnelier.. pour aller à Saint Martin. explosifs et sortir le tunnelier.

Tous les tubes à partir de Modane :à l'explosif .

Tronçons : St Martin > Praz : Tunnelier.

Préparation : 10 mois Construction Génie civil : 5 ans 1 an d'essai 8 ans de travaux.

Tunnel de base : 3 milliards d'euros

Coût total du projet : 6, 69 milliards d'euros

Les descenderies :

Saint Martin la Porte : Centrale à béton, tapis roulants pour extraire les gravas. Caractéristiques : dénivelé de 80 mètres environ, 2100 mètres de longueur : 8 % de pente. Évacuation des déblais par tapis roulant.

1 à 2 litres par seconde de pompage actuellement (quand il y'en a) Pas de risque de perturber les sources à la surface.

L'association marmottux fait remarquer à LTF que le document utilisé dans l'un des slides de la présentation

A savoir ce document :

Ne contient pas la licence d'utilisation :

" La diffusion des textes et images de ce site (que ce soit par impression papier ou sur le Web) est autorisée exclusivement à des fins non commerciales et à condition que soit indiquée la référence de leur source, par exemple en utilisant la mention suivante : « extrait de "GEOL-ALP" (http://www.geol-alp.com), par Maurice GIDON, 1998-2005»"

Le Houiller est plus complexe à creuser sous une couverture faible : 250 mètres de couverture.

L'excavation : Appareil qui permets de faire des trous (100 trous) pour un tir Rocher Mauvais : Excavation avec engin (avec des dents..)

Soutènement :

  • Projection de béton
  • Plus le terrain est mauvais : plus on mets de boulons
  • Plus il est mauvais : on mets des cintres, du treillis, des boulons.

Dans la descendrie de saint Martin, il y'a des phénomènes de convergence : des resserement de 10 cm. Le terrain a tendance à se refermer.

Le jumbo, fait des trous pour tirer à l'explosif.

Les cintres sur le pourtour de l'ouvrage ne suffisent plus, il faut faire une contre voûte pour tenir le terrain.

Autre exemple : Entre les cintres du béton, des boulons.

Rien ne peut de toute façon tenir le terrain. Si il veut tomber.. il tombera.

Hydrologie :

Le tunnel a une forme en chapeau chinois : pour évacuer l'eau.

  • Suivi des sources

Impact du projet sur l'environnement :

On sortira du tunnel de base : 17 millions de tonnes de déblais : 6 pyramides de khéops. ou remplir le barrage de plan d'amont.

Identifier quels matériaux l'ont pourra identifier ?

25 % des déblais seront réutilisés dans le tunnel.

Recherche de sites pour mettre les déblais.

Exemple de zone excédentaires :

Zone de la carrière du Paradis : (Mont Cenis) remplir la carriere du barrage..

Au final, il faudra que là ou il y'aura des déblais il faudra qu'il y'ait un impact positif.

Exemple : Modane :

Les déblais sont concassés .. et pour fabriquer des granulat à béton. pour St MArtin, Modane et la Praz.

Conclusion :

Ces études ont permis de faire :

  • évaluation des zones délicates
  • Évaluation de la conséquence sur l'environnement.
  • Conséquences en terme de mode d'excavation.

Les grandes étapes du chantier :

  • Achèvement des travaux préparatoires : 2008/2009
  • Déclaration d'utilité publique : horizon 2007
  • Appels d'offre
  • Travaux commencent en 2010
  • Mise en service à l'horizon 2020

Questions :

Transport des matériaux :

Évacuation des matériaux par la route pour la Praz : 1,5 millions de mètres cubes par l'autoroute. Pour sortir à Saint Julien. Il n'y aura pas de traversée à Saint Michel.

  • Qu'appelle t'on une roche dure ? Est-ce du Granit?

Les tunnels que l'ont a ce sont des roches dures :

  • Des calcaires
  • Tout ce qui est siliceux (abrasives)
  • Modane : cortite (très dur et très abrasif)

Roches meubles :

  • Cônes de déjections
  • Est-ce qu'il est possible qu'a cause des convergences, les tunnels se referment complètement ?

On arrive à les contenir. Sur tout le poutour, des soutainement permettent de contenir les pressions.

  • Est-ce que vous comptez faire d'autres forages ?

Dans les secteurs ou il y'a des doutes et qu'on a pas fait de forages, c'est qu'il était complexe de les faire ou très coûteux. Ce sont quand mêmes des ouvrages qui coûtent cher.

  • Est-ce que vous avez des moyens de contenir des nappes soutteraines ? en cas de grosse invasion d'eau.

C'est impossible de prévoir mètre par mètre ce qui se passer. Les tunnels ne se creusent pas en aveugle, on fait des forages en avant du tunnelier. Ou en avant des chantier à l'explosif.

A Saint Martin, il y'a en avance un forage des besoins de la semaine., il y'a même une zone de sécurité de 5 à 10 mètres.

Ces forages permettent de voir si il y'a de l'eau, et cela permettra d'estimer si l'ont pourra passer. Si cela n'est pas le cas, on injecte du béton.

Exemple de galerie EDF : Galerie Sainte Anne. (chantier du mont-cenis)

Rencontré à un endroit : 6 Mois d'arrêt, de drainage.. 100 bars de pression.

  • Risques sismiques :

Étude sismique non rendue à ce jour, étude faite par les suisses. Nous sommes dans une zone des alpes à faible activité. Un séisme de niveau 3, tous les 5 ans..

Les séismes se font plutôt au niveau du sol, plutôt qu'au sol. Le tunnel ne ressents pas particulièrement le séisme.

Ces études sont fait principalement pour les ouvrages à l'air libre.

  • Est-ce que vous ne risquez pas de tomber sur une centaine de mètre de charbon ?

Du charbon il y'en a, mais ce sont plutôt des bancs de charbon de quelques mètres.

  • Comment est-ce qu'on arrive à diriger un forrage ?

Un forrage en fait, la méthode.

Je crois que je vais plutôt partir d'un forage classique, on a un mats, un moteur qui fait tourner des tiges. Cela tourne du moteur, jusqu'au bout.

Là le but d'un forrage dirigé. La le but c'est mettre dans des tiges de mettre des équipements : inclonmètre, boussole. Au niveau de la tête cab ne tourne pas, ca glisse.

Ce sont des tricones (3 galets qui tourne)

à l'intérieur des tiges ont envoie de la boue sur l'hélice.. ce qui la fait tourner.

Entre les tiges, on mets une tige coudée qui permets de gagner 1 à 2 ° tous les 100 mètres.. on est passé comme ça de la verticale à 25 ° en 500 mètres.

Le moteur : c'est la boue qu'on envoie sur cette hélice

  • Inclinaison du tunnel ?

Guide fait par des géomètres : Un faisceau laser pointé sur le front de taille.

  • Le Tunnel fait 8 pour 1000, le point haut se situe à 27 km de la tête. (sous les forts de l'Esseillon)

Il n'y aucun problème avec l'amiante :

Ce sera dans des quantités très faibles : Quand on creuse, il y'a toujours un peu d'eau. Les déblais sont toujours un peu humides.

On utilisera des méthodes, qui ont été utilisées en Suisse.. (ils ont rencontrés 3km) (Les suisses sont fort là dessus)

Les géologues ont dit : on fait analyse.. ils ont découverts de l'amiante.

Et là ils ont étés forts : "voilà ont a ça et voilà ce qu'on va faire.. en un mois..ils sont convaincu tout le monde à ce qu'ils allaient faire"

En fonction du type de roche, il y'avait un certain nombre de niveau d'alerte :

  • On va avec masque sur le terrain...
  • Le niveau augmente : on a une zone.. ou l'on arrose, il y'a un sas..

Les déblais sont amenés dans un lac, meilleur décharge. Par contre en italie, l'amiante est considérée comme déchet.

Le plus dangereux dans l'amiante naturel : c'est le mot (je parle de l'amiante naturelle)

  • Il y'a combien de personnes qui travaillent en même temps sur les chantiers ? ?
  • 100 personnes
  • 5 équipes de 20 personnes

pour le tunnel de base, ce sera beaucoup plus : franco/italienne (au plus fort du chantier, 5 à 6 années) Tout le personnel cela représente : 3000 à 5000 personnes pendant 5 à 6 ans..

Sans compter tout ce concerne la vie de tout ces gens : emplois indirects.

Pour avoir tout ce ferraillage : Emploi direct sur la maurienne : 3500 personnes. répartis sur tout la maurienne.

Saint Martin la Porte : 400 à 500 personnes.

Je crois que cela n'est pas neutre cela va représenter : 300 à 400 personnes dans la vallée de la Maurienne.

le Maître d'ouvrage, c'est celui qui finance (LTF) 50 ene de personnes réparties : Chambéry, Modane, Italie.

Pour le futur tunnel, le maître d'ouvrage sera une autre société à l'horizon 2008,2009 : selon le mode de financement :

  • Tout public : états + europe
  • le PP partenariat public, privé (forte dominance des fonts publics)

Une nouvelle société sera créée : un LTF relooké.

Sans faire de référence au tunnel sous la Manche :

Maître d'ouvrage eurotunnel : la maîtrise d'oeuvre était intégrée.

Le Lyon Turin, c'est pas un projet, c'est une réalité.