Article en grand format

Article paru dans Le Dauphine le mercredi 16 novembre

Il existe des solutions libres, tel que Egroupware et d'autres solutions tel que le SLIS Projet sous licence GPL et pourtant.. le département de la Savoie s'entête à proposer un produit inutilisable

Pourquoi ?

Le système permet d'avoir son cartable à distance (c-a-d une zone personnelle accessible en classe ou depuis le domicile) dans laquelle l'élève stocke ses fichiers et autres données (agenda, etc..).

Or il existe déjà un zone personnelle sur le serveur du réseau local de l'établissement et cette zone pourrait être mise à disposition depuis l'extérieur (extranet) hors des heures scolaires par exemple...

Au lieu de celà les promoteurs du cartable électronique ont choisi un système centralisé sur des serveurs externes à l'établissements, ce qui pose de nombreux problèmes :

  • Bande passante : les collèges sont actuellement réliés en Adsl Neuf télécom : 1 Mb/s 128 kb/s émission. Ce qui veut dire, qu'il n'est pas possible d'émettre des données à plus de 16 Ko/s Sachant qu'une classe, c'est 27 éleves. Quand la sonnerie arrive et qu'il faut enregistrer ses données sur le Cartable électrique, alors il faut que les éleves se partagent 16 Ko/s à 27... Sans compter le reste du traffic de l'établissement, voir jusqu'à 3 classes connectées en même temps.
  • Pas d'accessibilité en cas de coupure du réseau, trois années de suite le cartable électronique a été inaccessible pendant plusieurs mois, cette année jusqu'après les vacances de la toussain.
  • La Gestion de la création des comptes et des groupes est un modèle de système aléatoire, ça marche... ça marche pas...
  • On ne peut pas gérer en local les problèmes, on est dépendant d'un service de maintenance qui ne répond jamais aux méls... plusieurs semaines sans nouvelles...
  • Le système étant sur Paris, il faut passer à travers internet et plusieurs routeurs pour arriver jusqu'au serveur. Ce qui rend pénible l'usage quotidien, plus de 10 minutes pour gérer quelques fichiers... alors que des serveurs locaux permettraient d'avoir un gain de temps énorme et surtout une latence nulle.

L'ensemble du système est très lourd et incompréhensible sans une solide formation des utilisateurs (profs et élèves), on passe plusieurs séances de 2 heures à apprendre à utiliser cette interface, au lieu de travailler sur les contenus. De plus c'est un projet fermé, écrit en Zope, où il a fallu tout programmer, tester, valider, alors qu'il existait des interfaces en php, mysql et apache, libres, ouvertes et largement utilisées par de nombreux projets (egroupware ou autres)...

En fait c'est un projet d'universitaire pour des universitaires, il est adapté aux étudiants et aux chercheurs, qui travaillent depuis chez eux, qui ont des emplois du temps variables, qui travaillent en groupe, par modules, qui correspondent avec leurs enseignants, qui gèrent un agenda variable sur l'année et qui ont leur serveur sur place (comme à l'université de Chambéry)...

Le cartable électronique, c'est une usine à gaz, totalement inadaptée au niveau des collèges, ou l'enseignant s'adresse le plus souvent à un groupe classe et non à des individus, suivant un emploi du temps établi pour l'année en utilisant des outils qui doivent être simples et fiables et où l'élève n'a que très rarement besoin de ses données depuis son domicile...

On aurait pu faire mieux, plus simple, moins cher, en transformant simplement les intranets d'établissement en extranet... Mais bien sûr, celà aurait sans doute moins fait mousser certains politiques
On aurait gardé, l'argent du contribuable pour acheter des ordinateurs, des vidéoprojecteurs, des serveurs... et pour payer la formation des professeurs aux usages pédagogiques, sur des applications de base, libres et gratuites, tel que Mozilla Firefox, Openoffice, Gimp...

Un usage vers les primaires ?

Les remarques pour le collège s'appliquent aussi, évidemment, au niveau primaire... Pourquoi avoir cette envie de complexité auprès des plus jeunes ? Plusieurs choses à régler avant de vouloir passer du Moyen âge à l'âge de pierre :

  • Formation des instituteurs
  • Raccordements à très haut débit des écoles et des collèges
  • Parc informatique performant, avec les mêmes outils partout (Firefox, Openoffice), on uniformise

Ne serait-il pas préférable de faire découvrir le web aux plus jeunes, et de leur apprendre sur des logiciels ouverts comment écrire un texte, remplir un tableur, réaliser un schéma explicatif, créer un dessin ?

C'est tragique, on se croirait presque dans un département innovant Là ou l'ont croit.. Qu'investir 25 Millions d'euros dans un projet fibre optique c'est trop cher.

Et l'on préfére tout donner à un opérateur... Tragique

Comment se fait t'il qu'en Espagne on arrive à faire des choses ? Extremadura